Méline: La roue ce n'est pas que pour les garçons!

Dans le cadre de notre série, mais qui sont les wheelers (entendez par là les conducteurs de gyroroue électrique et de trottinette électrique) on n'oublie pas les wheeleuses!  Aujourd'hui on échangera avec Méline, cette Montpelieraine se définit elle-même comme une joyeuse geeko écolo. Elle nous fait partager sa découverte des nouvelles mobilités et son expérience! Elle s'est prêtée avec humour et humilité au jeu du question réponse. Si vous aussi vous voulez partager votre témoignage, n'hésitez pas à commenter, ou à nous envoyer vos textes;)

 

La découverte...

 

L'attention de Méline vers les nouvelles mobilités a commencé dès les années 2000. Les Segway, ces premiers gyropodes avec plateforme et guidon ont tout de suite éveillé son envie et sa curiosité  "Depuis la première fois que j’ai vu un Segway dans les années 2000, je me suis dit « ça, ça a l’air trop cool, il m’en faut un ! ».  Ceci-dit, ces engins bien que fabuleux étant plutôt très onéreux  (entre 3000 et 7000 E), plutôt lourd entre 20 et 50kilo et offrant de petites performances d'autonomie... Méline a préféré attendre un peu et elle a bien fait!

 

En 2016; elle rencontre un collègue de travail qui utilise une roue au quotidien. " Le truc venu d’ailleurs, quoi. Il me l’a fait essayer dans les bureaux. Je vous laisse imaginer le désastre. Mais le concept m’a plu." 

 

On imagine Méline, On imagine...Bien que tentant, un couloir de bureau n'est clairement pas l'endroit le mieux indiqué pour une initiation. On lui préférera un endroit ouvert, ou on peut prendre de l'espace pour commencer à prendre de la vitesse avant de devoir penser à s'arrêter.

 

Mais elle n'est pas du genre à se laisser décourager. Après quelques recherches elle opte pour un intermédiaire. Le Gyropode« Segway MiniPro ». "C’est comme un Segway mais plus petit, que l’on contrôle avec les genoux et qui se maitrise en 5 minutes." 

 

Facile à prendre en pied le mini-pro roule à 15 km/h, avec une autonomie de 20/25 km. Il lui a permis de découvrir rapidement  les plaisirs de la glisse urbaine. "Il est vite devenu mon meilleur allié pour me déplacer en ville."

 

Après quelques mois, Méline en a voulu plus. Plus d'autonomie, plus de vitesse tout en gardant sa liberté de mouvement, elle s'est tout naturellement tournée vers la roue. Une gotway Tesla.

 

 

Changez de vie ? Changez de mobilité !

 

Méline habite un quartier mal desservi par les transports en commun et un peu trop loin du centre pour envisager la marche comme solution. Pas tentée par le vélo, elle n'avait pas beaucoup d'autre solution que la voiture pour se déplacer au quotidien. Pourtant, en passant aux EPDm tout a changé pour Méline.

 

 "J’ai réorganisé la plupart de mes activités habituelles comme faire les courses, faire un tour en ville… de manière à pouvoir les faire en roue : un sac à dos pour les affaires et c’est parti ! On peut vraiment dire qu’il y a eu un avant et un après. A tel point que je me pose aujourd’hui la question de l’utilité de disposer d’une voiture 

 

 

meline wheeleuse

Parce qu'en plus d'offrir la possibilité de se déplacer sur de belles distances, la roue est un réel plaisir, les wheelers ont tendance à chercher toutes les excuses pour l'utiliser plus... rappelez vous de Georges, livreur à gyroroue qui a choisit de faire des livraisons autant pour le plaisir de rouler que pour le complément de salaire.

 

Alors, la réponse de Méline ne nous a pas tant étonné quand on lui demande si elle utilise sa roue pour se rendre au travail : Je l’utiliserai si j’avais ce besoin mais je suis encore plus geek que ça : je télétravaille. Parfois je me dis que je pourrais m’inventer un faux trajet juste pour le plaisir de rouler. Mais ça devient un peu grave là, non ?

 

Mais non. Pourquoi pas :)

 

La vraie passion de méline c'est l'utilisation en loisir, son principal kif du moment. "Je découvre ma région, tranquillement et en silence, au cours de balades que je n’aurai jamais faites autrement. Il y a tellement de choses à voir quand on prend le temps d’aller sur les chemins de traverse.

 

C’est aussi devenu un prétexte pour réaliser des vidéos que je mets sur ma chaine youtube."

 

En plus d'être un vrai moyen de se déplacer il n'est pas rare que la roue vire à la passion. Une passion qu'on a envie de partager. c'est le cas pour Méline qui nous emmène à la découverte de sa magnifique région. Rejoignez là sur sa page facebook Méline Moultipass ou sa chaine youtube Les vidéos de Méline Moultipass.

 

 

Ou sont les femmes ?

 

A Montpellier Méline croise principalement des trottinettes et quelques roues. "Il arrive qu’on se rencontre pour faire des « rando », même si j’ai tendance à aimer rouler seule. Liberté chérie, tout ça. Par contre, je n’ai pour l’instant rencontré aucune autre « wheeleuse » ici. S’il y en a, elles sont bien cachées.

 

Si la trottinette électrique plait beaucoup à la gent féminine, il est vrai que pour l'heure, la roue reste un domaine plutôt masculin.  "J’ai l’impression que pas mal de gens ont peur de ces engins motorisés qui n'offre quasi aucune protection en cas de chute ou d’accident. La roue particulièrement est souvent imaginée « dangereuse » et « difficile » par les gens que je croise dans la rue. J’imagine que les hommes sont simplement plus intrépides et prompts à se jeter sur le dernier truc « cool » qui passe."

 

Mais tu n'es pas seule Méline, les choses évoluent et les wheeleuses sont de plus en plus nombreuses...vous découvrirez bientôt les portraits de Sophie, Céline ou encore Camille ... 

 

 

Coté sécurité?

 

 Biensur au premier abord, la roue apparait instable, car elle ne tient pas "toute seule" debout. Pourtant c'est aussi le cas d'un vélo, et de la même manière que pour le vélo, tout change dès qu'on la maitrise. "Une fois qu’on a dit ça, il faut préciser que l’équilibre s’acquiert sans difficulté et que le contrôle de l’engin devient extraordinairement précis une fois que l’on sait l’utiliser. Partant de là c’est une question de bon sens : il faut adapter son allure aux situations et ne pas penser que parce qu’on porte un casque et des genouillères, on ne risque rien. C’est un peu égoïste comme raisonnement."

 

Méline soulève là un point bien intéressant, il s'agit d'un à priori souvent partagé. Pourtant la roue n'est pas plus dangereuse qu'un autre moyen de transport. Des accidents arrivent, le plus souvent ils ont pour cause des erreurs de pilotages ou une trop grande prise de risque, une infrastructure inadaptée et plus rarement une défaillance machine comme pour tout les accidents.... Rappelons nous que la voiture tues des milliers de gens ( conducteur, passagers ou simplement de piéton, de cyclistes...) et que pourtant personne ne dit jamais : "Je ne prends pas la voiture c'est dangereux"

 

 

Le mot de la fin ?

 

Les NVEI et la roue en particulier, c’est vraiment totalement addictif et permet de répondre au besoin de mobilité de façon totalement novatrice. Ce n’est pas du tout un simple gadget mais un véritable moyen de transport, petit et fluide ce qui est particulièrement appréciable dans nos villes de plus en plus congestionnées et polluées par la circulation automobile. A chacune et chacun de voir comment il lui est possible d’adopter ces nouveaux modes de déplacement. Et la voiture restera de plus en plus au garage !

 

 

Merci Méline pour ce partage! Si vous aussi vous voulez nous parler de votre expérience n'hésitez pas. 

 

Retrouvez les témoignages de:

Remy jeune trotteurs qui veut gagner du temps

Pascal élus local qui roule

Georges livreur à roue

Ken le papy de 70 ans à gyroroue

 

Poster un commentaire

Voir les Voir le produits trouvés produit trouvé Pas de produits trouvés icon-close
Une erreur s'est produite, veuillez réessayer ultérieurement. Voir le produit Aucun produit n'a été trouvé lors de la recherche Nouveauté Promotion Solde Vente flash  € loading ending recherche
Chargement..