QUI EST MELO, CELLE QUI VOYAGE AVEC MONSIEUR FLEX ?

temoignage-melo-monsieur-flex-gyroroue-voyage

 

Quoi de mieux que de découvrir le monde autrement... Et pourquoi pas en gyroroue ?! C'est le défi fou que Mélodie aka Mélo a décidé de réaliser avec son compagnon qui n'est autre que Monsieur Flex. Et oui, dans notre galerie de portraits des wheelers et electrotteurs, nous vous présentons la compagne de Thomas. Ils sont partis en road-trip en Europe, il y a quelques jours de cela, et la jeune wheeleuse a décidé de se confier à nous : entre son apprentissage de la roue électrique, l'annonce du voyage de Monsieur Flex et son passé d'ex voyageuse, qui est Madame Flex ? 

 

melodie-wheeleuse-monsieur-flex-gyroroue

PORTRAIT DE WHEELER : UNE AMOUREUSE DU VOYAGE ET DE L'INCONNU ! 

Si on avait dit à Mélo que son prochain voyage se ferait en roue électrique, elle ne l'aurait sûrement pas cru. Âgée de 30 ans, Mélodie a travaillé plusieurs années dans le tourisme et l'hôtellerie avant de se prendre une année de break pour savoir ce qu'elle souhaitait faire vraiment : "je suis restée au chômage entre septembre 2019 et novembre 2020 car je souhaitais prendre du temps pour moi et réfléchir à un nouveau virage professionnel". C'est durant cette période que la jeune femme a décidé, avant la Covid, de partir en voyage... C'est en Inde et avec une autre voyageuse rencontré sur internet que Mélodie est partie pendant 3 semaines. Une expérience qui l'a marqué et qui lui a donné l'envie de recommencer, malheureusement les choses ne se sont pas passées comme prévu : "je voulais partir faire le tour de l’Europe seule en rentrant de mon voyage en Inde, mais cela n’a pas été possible à cause du coronavirus". Cela ne vous rappelle pas l'histoire de quelqu'un ? Monsieur Flex, bien évidemment...! 

Et en parlant de notre wheeler/voyageur préféré, la route de ses amoureux d'aventure s'est croisée quelque mois avant leur road-trip européen en gyroroue. C'est d'ailleurs grâce à Thomas que la jeune femme a découvert les EDPM, et plus précisément le monocycle électrique : "je connaissais déjà la trottinette électrique, j'ai découvert la gyrororue grâce à Thomas lors de notre premier rendez-vous". On peut le dire ce premier rendez-vous a transformé la vie de la jeune femme, car curieuse et attirée par l'inconnu et les choses sortant de l'ordinaire, elle a directement voulu tester cette mobilité... Et ne pensez pas que c'est Monsieur Flex qui lui a tiré la main pour le faire, bien au contraire : "j’ai tout de suite voulu tester, cela paraissait amusant et compliqué à la fois...J’aime de façon générale apprendre de nouvelles choses. Je n’avais pas eu peur d’essayer, c’est moi qui ai demandé". Alors ni une, ni deux, Mélo enfourcha la Ninebot one E+ de Thomas et c'était parti pour un apprentissage personnalisé ! 

 

Mélo, une future pro de la roue électrique ? 

Il a fallu très peu de temps à la wheeleuse pour dompter la bête : "j’étais capable de rouler seule en 1h30/2h" nous confie la trentenaire. Par contre il lui a fallu 3 essais pour apprendre à rouler plusieurs minutes d'affilées. Une fois qu'elle y était arrivée, c'était parti pour de magnifiques balades en duo avec Monsieur Flex... Avant le road-trip la jeune femme avait encore quelques peurs et n'osait pas réaliser des balades en solo : "je l’utilise rarement seule, cela me faisait encore un peu peur jusqu’à récemment... Avant notre départ je l’utilisais pour me rendre à mes cours de théâtre lorsque le presentiel a repris". Aujourd'hui, le temps des craintes et des doutes c'est totalement évaporé, la jeune femme réalise enfin des kilomètres en gyroroue avec son compagnon en toute facilité !

D'ailleurs Mélodie le sait, si ce n'était pas grâce à Monsieur Flex, jamais elle n'aurait appris le roue électrique ou encore réalisé un voyage avec ce moyen de déplacement : "si j’avais eu l’opportunité par quelqu’un d’autre, j’aurais certainement au moins testé, mais l’apprentissage demande quand même un peu de temps et un investissement financier important. Si je n’avais pas eu Thomas pour me prêter une roue et prendre le temps de m’apprendre, je n’aurais sans doute pas persévéré". Une rencontre qui tombe à pic pour les deux passionnés d'aventure... Avec la levée des mesures sanitaires en Europe, ils peuvent enfin reprendre les plaisirs du voyage, en duo et en gyro ! 

 

À LIRE AUSSI : 

Une wheeleuse à l'Assemblée Nationale

Méline : La roue ce n'est pas que pour les garçons

 

 

melo-monsieur-flex-gyroroue-road-trip

VOYAGE EN GYROROUE : UN PROJET FOU QUI L'A SÉDUIT ! 

"Quel fou !" voila ce que c'est dit Mélodie, lorsque Thomas lui a parlé de ses aventures en gyroroue et de son projet de reprendre le voyage avec : "je n’ai pas vu ses vidéos tout de suite; c’est lorsque j’ai appris à le connaitre petit à petit que j’ai eu envie de les voir et j’ai beaucoup aimé sa façon de filmer". Cette folie, elle la partage totalement et elle a eu envie d'y participer : "j’avais déjà envie de partir voyager avant de le connaître, le fait de partir ensemble nous a paru vite évident" nous explique t-elle. La seule difficultée du départ étati de s'adapter au "contexte gyroroue" comme elle le dit si bien ! En effet pour quelqu'un qui en n'a jamais fait ou qui vient tout juste de débuté, voyager pendant de longs kilomètres en roue électrique peut faire peur... Pourtant cela n'a pas découragé la jeune femme, même si elle nous avoue avoir brièvement pensé à suivre Thomas en vélo électrique car elle en avait déjà fait et se sentait plus en sécurité dessus. 

En parlant de sécurité, la jeune femme nous confie qu'elle sort toujours avec son casque. une protection qu'elle juge très utile. Pour le voyage elle a d'ailleurs renforcé sa sécurité avec une paire de gants de protection, qui la rassure et lui permet d'éviter les blessures en cas de chute. D'ailleurs en terme de chute, la jeune femme se rappelle de sa première gamelle : "elle a eu lieu lorsque je commençais à maitriser le sujet et que j’ai (un peu) trop pris confiance en moi : aller plus vite, regarder le paysage au lieu de la route, etc." . Une chute qui lui a permis de se rappeller à quel point il était important de rester un minimum vigilant lorsque l'on ride. Malgré sa chute qui aurait pu freiner certains débutants, la jeune femme a continué à s'entrainer et à prendre plaisir à rider avec son chéri. D'ailleurs elle s'est rapidement rendu compte que le monocycle électrique offrait de nombreux avantages pour se déplacer : "une fois que l’on peut rouler seule, c’est très agréable et plus facile à transporter et stocker qu’un velo ou une trottinette". Elle invite d'ailleurs toutes les femmes et les hommes qui veulent se lancer à le faire, le conseil qu'elle pourrait donner est de ne pas avoir peur de la chute... Pour elle si une personne a trouvé la mobilité qui lui convient à travers la gyroroue ou tout autre EDPM, il faut foncer et tenter. 

En tant que femme, elle ne regrette pas de s'être lancée, même si trouver sa roue idéale n'a pas été très simple au départ : "étant un petit gabarit, je trouve les roues vite lourdes et peu maniables dès qu’elles ont de grosses batteries. Ce que j'ai fait et que j'invite à faire est de choisir son engin en fonction de sa corpulence... Il ne faut surtout pas hésiter à tester des roues différentes mesdames". Pour son road-trip avec Monsieur Flex, la jeune femme a pris la même roue que son compagnon : une KS 18XL. Un modèle pour sa corpulence qu'elle apprécie, en effet il lui offre une bonne stabilité et un max d'autonomie... De quoi suivre facilement Thomas. 

 

À LIRE AUSSI : 

Les femmes en gyroroue ont la parole !

Ken, le papi de 70 ans qui fait de la roue

 

 

Une famille inquiète ? Peut-être pas tant que ça...

Annoncer à ses proches que l'on part pour un magnifique voyage à travers l'Europe peut surprendre... Mais pour Mélodie cela n'a pas été forcément le cas, ils étaient plutôt inquiets surtout pour la sécurité de leur fille : "ils n'étaient pas vraiment surpris mais plutôt un peu inquiets pour ma sécurité... Mais de la même façon que si nous partions en vélo par exemple". Mais la jeune femme a pu les rassurer tout comme elle l'avait fait lorsqu'elle leur a parlé de la gyroroue : "mes parents avaient un peu peur pour ma sécurité, me demandaient si on roulait sur la route ou le trottoir et à quelle vitesse ?" nous explique Mélo. Elle a d'ailleurs pu faire tester son engin à sa soeur qui a aimé mais n'a pas réessayé par la suite. Une bonne façon de montrer à ses proches que cet engin n'est pas si dangereux que ça !

En plus de sa famille, Mélo se rend compte que la roue électrique est un engin qui peut fasciner, elle est amusée de voir à quel point les gens sont curieux lorsqu'ils la voient passer : "cela attire les curiosités et la sympathie des gens que l’on croise dans la rue". Une expérience qu'elle vivra tout au long de son voyage et qu'elle partagera sûrement avec nous, dans un de nos lives ! 

 

Vous pouvez retrouvez Mélodie aka Mélo sur la chaine youtube de Monsieur Flex, pour découvrir leurs vidéos de voyage en roue électrique Kingsong KS 18XL ! 

 

 

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle

Découvrir nos magasins de Paris, Lyon, Toulouse et Lille

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,