PORTRAIT DE WHEELER : À 84 ANS, IL FAIT DE LA TROTTINETTE ÉLECTRIQUE !

portrait-wheeler-yves-electrotteur-TEMOIGNAGE

Ils prennent de plus en plus la parole, et c'est toujours un plaisir de pouvoir découvrir leur histoire. Les wheelers et electrotteurs témoignent sur leur quotidien en gyroroue ou trottinette électrique, et cela devient de plus en plus récurrent. Il y a quelques jours de cela, nous sommes tombés sur le témoignage d'Yves, un octogénaire, totalement fan de sa nouvelle mobilité : une trottinette électrique. Voici son histoire...  

 

 

portrait-wheeler-yves-electrotteur-CR-telegramme

PORTRAIT D'ELECTROTTEUR : 84 ANS, BIEN DANS SES BASKETS ET SUR SA TROTTINETTE ! 

Si vous pensiez que seuls les étudiants, les jeunes travailleurs ou les bobos parisiens pouvaient se balader en ville avec une patinette électrique... Détrompez-vous car à bientôt 85 ans, Yves, un grand-père de la commune de Quimper a décide d'adopter cette mobilité pour ses trajets quotidiens. Totalement amoureux de sa trottinette, il l'utilise pour faire ses courses, se balader en ville ou encore réaliser quelques divers déplacements importants : "depuis que je l'ai, je vous avouerai que je ne conduis plus beaucoup" nous confie l'electrotteur. 

Généralement à cet âge là, nos grand-parents préfèrent se déplacer en voiture, mais ce n'est pas le cas de ce grand-père dynamique, ancien cycliste. À 52 ans, il avait décidé d'intégrer le club "Quimper cylo club", il s'agit d'une association qui a pour objet de promouvoir, d'organiser et de gérer l'activité cyclotourisme à vélo sur la route, à VTC ou VTT. Cette petite association prend plaisir à rassembler une vingtaine de membres autour d'une passion commune et en proposant des évènements tels que des balades, des circuits en campagne, des randos, etc. Sportif dans l'âme, jusqu'à 82 ans l'homme sortait à vélo pour réaliser des virées de 80 à 100 km sur un vélo électrique. Malheureusement, une sciatique a eu raison de lui et il a du arrêter ce qu'il cherissait tant... Mais cela n'a pas empecher notre ami de se tourner vers une autre mobilité. Et non, ce n'est pas la gyroroue comme notre papy wheeler de Hong-Kong, mais plutôt la trottinette électrique... Une grande surprise pour toute la famille ! "Quand mon époux m'a annoncé qu'il allait prendre une trottinette, je n'étais pas contente de cet achat. J'étais même très en colère" nous explique sa femme. Même si la ville de Quimper n'a pas une circulation comme les grandes villes françaises, une chute ou un accident avec une voiture peut vite arriver : "même s'il est prudent, avec ma fille nous avions peur qu'il lui arrive quelque chose, surtout à son âge" rajoute Michelle, sa femme. Finalement plus de peur que de mal car Yves s'en sort très bien ! 

 

À LIRE AUSSI : 

Vaincre le handicap en gyroroue 

Remi, il e-trott pour gagner du temps 

Les femmes en gyroroue ont la parole ! 

Ken, le papi de 70 ans qui fait de la roue

George, le livreur en monocycle électrique

 

portrait-wheeler-yves-utilisateur-trottinette-electrique-CR-telegramme

UN HOMME HEUREUX ET LIBRE... LES JOIES DE LA TROTTINETTE ÉLECTRIQUE ! 

C'est en octobre 2020 qu'Yves décide de se lancer dans la micromobilité douce : "j'ai acheté mon premier modèle sur internet, mais je l'ai rapidement changé car elle n'était pas assez puissante pour monter les côtes". Il achète alors un modèle avec un moteur de 350W, qu'il continue de rouler jusqu'à maintenant, elle a fait son bonheur ! D'ailleurs notre octogénaire nous partage toutes les joies qu'il a ressenti en montantt dessus pour la première fois : "c'est la liberté retrouvé, la facilité de se déplacer tout simplement... Avec ma trottinette, j'ai le temps d'observer, de me laisser promener, une chose que je ne pouvais pas forcément faire avec mon vélo". Malgré c'est 20 ans de vélo, notre homme s'est rapidement rendu compte que la patinette offrait un confort inégalé : "je ne regrette pas du tout mon achat !". 

 

La trottinette électrique, un prétexte pour sortir...!

Depuis qu'il possède son EDPM, Yves prend un vrai plaisir à se déplacer dans toute sa ville. Chaque jeudi, il descend aux Halle pour acheter sa viande : "c'est un gain de temps considérable. Je n'ai pas besoin de chercher une place où me garer... D'ailleurs, cela fait un moment que je n'ai pas touché à ma voiture". Sa femme se sent un peu plus rassurée maintenant, son mari fait très attention, il roule sur les nombreuses pistes cyclables installées en ville et il s'équipe convenablement... L'homme a acheté des rétroviseurs, des clignotants à poser sur le sac à dos, un accroche sac, etc. Bref, il s'est offert la panoplie complète du parfait electrotteur ! Il manque juste à l'appel le casque, qui nous vous le rappelons n'est pas obligatoire mais peut bien servir en cas de chute... Pour notre electrotteur, c'est la seul chose qu'il n'utilise pas car il n'en a pas spécialement envie, mais il sait que s'il doit rouler en dehors de sa ville, il faudra le porter. Notre homme de 84 ans est heureux, lui qui avait quelques difficultés à marcher à cause de sa sciatique peut enfin se déplacer comme il veut ! Et ne lui demander pas d'arrêter : "grâce au vélo, je n'ai aucune appréhension... Par contre ce qui peut être difficile ce sont les pavés dans le centre. Mais c'est tout !". Aujourd'hui, il attire les regards aussi bien moqueurs qu'admiratifs mais Yves s'en fiche : "tant que je pourrais en faire, je continuerai". Il a d'ailleurs initité son neveu et quelques amis qui pensent en acheter une après avoir essayés la sienne. 

 

Pour découvrir l'article entier de l'interview de Yves, le Quimpérois. Rendez-vous sur Telegramme.fr

 

Comme nous le disons souvent, il n'y a pas d'âge pour faire de la trottinette électrique... À partir de 12 ans et jusqu'à 99 ans (voire plus) tout est possible dès que l'on arrive à passer toutes les appréhensions. Aujourd'hui Yves est heureux de pouvoir représenter cette catégorie d'utilisateurs de patinette électrique que l'on ne voit pas partout... Mais surtout de pouvoir casser les stéréotypes, et même si certains de ces collègues rient de lui ce n'est pas grave, car le plus important est de pouvoir se faire plaisir en roulant autrement. 

 

À LIRE AUSSI : 

Une wheeleuse à l'Assemblée Nationale

Il fait des économies grâce à la gyroroue

Changez de vie pour changer de Mobilité

Pascal, l'homme politique qui roule en roue

Sandra et Joseph, les parents electrotteurs

Méline : La roue ce n'est pas que pour les garçons

 

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle

Découvrez nos solutions de visibilité pour vous déplacer en toute sécurité à partir de 12€

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,