Mobilityurban.fr Mobilityurban.fr

Pendant le confinement: LES LIVRAISONS CONTINUENT

PORTRAIT DE WHEELER : LES FEMMES EN ROUE ÉLECTRIQUE ONT LA PAROLE !

Et si nous mettions nos femmes à l'honneur... Oui elles sont encore peu visibles, mais elles commencent à se faire connaitre dans le milieu de la mobilité électrique. Wheeleuses occasionnelles ou quotidiennes, nous avons décidé de vous présenter l'histoire de ces quelques femmes dans notre rubrique : Ils ont changé de vie : qui sont les wheelers et electrotteurs?

Qui sont ces femmes qui ont adoptés la micro-mobilité électrique dans leur quotidien ? Comment vivent-elles leur passion parmi ces communautés encore très masculines ? Sont-elles vu comme des "femmes à part" ? Qu'est-ce-que cette mobilité leur apporte ? Découvrez les portraits de femmes qui ont décidé de laisser tomber leur voiture (ou presque), pour la gyroroue. 

 

 

LA ROUE ÉLECTRIQUE CHEZ LES FEMMES : UNE PRATIQUE QUI SE DÉVELOPPE DOUCEMENT MAIS SÛREMENT...

 

Elles sont de plus en plus nombreuses à oser se déplacer autrement... Aujourd'hui, les femmes se font petit à petit une place dans cette communauté de passionnés de la gyroroue électrique. Pour certaines cela est encore trop peu, alors que pour d'autres les choses commencent à bouger. Et oui... Il y a encore quelques années elles étaient quasi-inexistantes, maintenant elles sont de plus en plus nombreuse à utiliser la gyroroue pour les loisirs ou encore comme moyen de déplacement principal ou complémentaire. C'est le cas de Camille, médecin généraliste à Nice, elle utilise depuis 3 ans son Inmotion V8 pour ses déplacements professionnels ; ou encore Joëlle Daniels, cette fonctionnaire de 48 ans utilise sa monoroue comme complément pour aller au travail : "j’utilise ma voiture pour 2 km de forte descente puis la gyroroue pour 9 km en voie douce". Cette nouvelle façon de se déplacer, lui facilite énormément la vie : "je n'ai plus de stress pour trouver une place de parking au matin et je ne subis plus les bouchons au retour... Le format de la gyroroue est un vrai avantage, elle peut facilement s'emporter en voiture et se ranger au bureau".  

 

Un avantage souvent cité par les utilisateurs en général (homme comme femme), la roue électrique est un "véritable bonheur pour pouvoir se déplacer partout sans aucune contraintes liées au trafic, aux horaires des transports en commun, aux parkings et à leur coût, etc". Joan, 44 ans, avocate en droit financier et mère de 4 enfants, nous confie même à quel point cette mobilité à changer sa qualité de vie : "je roule en gyroroue pour 95% de mes déplacements privés et professionnels. Rouler en monocycle électrique m'apporte une plus grande qualité de vie : je suis plus libre et moins stressée dans mes déplacements". Cet atout, nos wheeleuses n'hésitent pas à le relayer à d'autres femmes qui seraient intéréssées mais qui hésitent toujours : "Il faut venir essayer, ne pas avoir peur de se lancer et ensuite s'éclater toutes ensemble ! Le temps gagné sur tous les trajets et le fun que ça rajoute dans la vie sont incommensurables" nous confie Cosmo Wheeleuse. Et pour celles qui se demandent, s'il faut un certain âge pour commencer... Bien évidemment que non ! À 59 ans, Laurence est devenue une wheeleuse : "j'ai commencé en mai 2019, j'utilise essentiellement ma roue pour les loisirs... C'est un engin qui apporte un peu plus de fun dans mon quotidien"

Que vous soyez jeune ou moins jeune, la roue électrique est pratiquable par tous ! Il faut pour cela vaincre ses peurs : "j'ai pu dépasser mes premières craintes et oser franchir chaque jour de nouvelles étapes" explique Cosmo Wheeleuse. Aujourd'hui elle ne regrette absolument pas, et utilise cette mobilité tous les jours, au point de ne plus savoir comment elle se déplaçait avant : "je me rappelle vaguement la misère liée à la voiture et aux transports en commun mais ça devient très flou. Je sais qu'aujourd'hui, il est impensable de ne plus en avoir. Je dois toujours prévoir une monoroue de secours".

 

 

temoignage-journée-de-la-femme-gyroroue-wheeleuse

LA ROUE ÉLECTRIQUE CHEZ LES FEMMES PEUT-ELLE RÎMER AVEC FÉMINITÉ ET SÉCURITÉ ? 

 

Alors oui, cela peut être très cliché vu comme ça, mais la possibilité que certaines femmes n'osent pas se lancer à cause de cet aspect "très masculin", n'est pas à négliger. En effet, même si le côté "risque" est en grande partie responsable de ce manque de popularité auprès de la gente féminine, le motif précédent est tout aussi valable : "c'est vrai que l'équipement n'est pas toujours "sexy"... Je porte beaucoup moins de robes depuis que je "wheel" nous explique Cosmo Wheeleuse. Toutefois, la wheeleuse belge se veut rassurante et déclare même que la féminité et la wheel peuvent tout à fait être conciliables ! Effectivement, même si certaines préfèrent favoriser le confort en adoptant le fameux jean/baskets, il n'est pas impossible de wheeler en talons et/ou robe ; pour cela il faut avoir une bonne maitrise de son engin, mais surtout prendre quelques précautions... Le plus important est de se sentir suffisamment à l'aise et en confiance lorsque l'on wheel. 

 

Enlever les craintes, pour maximiser le plaisir en roue électrique 

Le défi actuel est de faire comprendre aux femmes que la roue électrique n'est pas qu'une mobilité pour les hommes ; et qu'elles ne doivent pas se soucier des "qu'on dira-t-on ?" : "le poids du regard extérieur peut être un frein pour certaines femmes" (Joan), "la peur de ces engins motorisée qui n’offrent quasi aucune protection en cas de chute ou d’accident doit être l'une des causes du manque de femmes... J’imagine que les hommes sont simplement plus intrépides et prompts à se jeter sur le dernier truc « cool » qui passe" nous explique Méline Moultipass. 

 

Pourtant la monoroue électrique peut offrir bien des avantages aux femmes, et même les aider à se sentir mieux. Et oui... Être une femme en gyroroue est tout aussi positif et valorisant : "le regard de mes proches face à ma maîtrise de l'engin est très encourageant, ils sont admiratifs" (Camille), "je passe pour une originale" (Joëlle Daniels), ces femmes ne laissent pas indifférents et captent l'attention ; là où les hommes seront vu comme un peu plus "commun", les femmes sortiront du lot. "Cela peut plutôt être un bon sentiment de se sentir comme une "femme à part" et de ne pas se sentir obligée justement de suivre le moule. La gyroroue me donne plus confiance en moi" nous avoue Cosmo Wheeleuse. Cela n'est pas le seul impact positif que cette micro-mobilité peut avoir dans la vie des femmes... Aujourd'hui les femmes se font de plus en plus harceler dans les rues ou les transports en commun, et cela peu importe l'heure de la journée ou de la soirée. Avec une gyroroue cette sensation d'insécurité lors des déplacements peut rapidement être gommé : "même s'il n'y a pas de nombreux avantages exclusivement réservés aux femmes, je pense que le sentiment de se sentir un peu plus protégé en roue, n'est pas à exclure. Avec la vitesse, les risques de se faire importuner ou agresser sont moindre, même s'il faille parfois faire attention aux chauffeurs frustrés ou abrutis par leur bolide" explique Cosmo Wheeleuse. Regain de confiance en soi, trajets plus rapides, sécures et plaisants... Le monocycle électrique est une vraie solution pour celles qui ont besoin de retrouver les joies de se déplacer ; mais comment propager ce plaisir à une majorité de femmes, sans qu'elles en soient effrayées ? 

 

Des actions de sensibilisation par les femmes pour les femmes...

Quoi de mieux qu'une femme pour aider d'autres femmes ? Et oui... Aujourd'hui, l'envie des wheeleuses de démocratiser la gyroroue auprès de leurs congénères se fait de plus en plus grande. Certaines ont de nombreuses idées et d'autres passent même à l'action... C'est le cas de Cosmo Wheeleuse et des autres administratrices de l'association BELGIUM WHEELERS. Au mois de janvier, elles ont créé leur premier événement 100% féminin : "Girls Power Rides" ! Il s'agit de rassembler les wheeleuse de tous les niveaux (débutante comme experte) pour une balade totalement girly, où l'échange et l'entraide seront présents : "ce concept est une des solutions pour que les femmes osent se lancer et pratiquer en partageant leurs éventuelles craintes et en les surpassant ensemble" explique Cosmo Wheeleuse. Une excellente initiative souvent réclamée par d'autres wheeleuse : "proposer des initiations et autres événements attirant un public plus féminin serait bien" (Joan). On espère que ces types de projet verront le jour dans de nombreuses villes d'Europe. 

 

Pour la majorité des wheeleuses, l'initiation et la sensibilisation sont les clés pour aider les femmes à sauter le pas mais pas que... "Selon moi, féminiser le matériel ne serait pas une si mauvaise chose. De même, peut-être que promouvoir cette mobilité en montrant des femmes aussi bien féminine que masculine serait pas mal" propose Joëlle Daniels. En effet, même si les modèles de gyroroues proposent un design mixte, le choix peut sembler limité pour certaines, de même pour les accessoires de sécurité : "je porte des protections poignets, genouillères, gilet de protection et casque intégral", Joëlle Daniels s'équipe très bien lorsqu'elle wheel, mais ce manque de féminité peut bloquer d'autres femmes. Alors pourquoi ne pas inventer des gammes spécialement conçues pour les femmes ? Un projet qui pourrait peut-être voir le jour prochainement (ou pas). 

La deuxième idée proposée par Joëlle Daniels concernant le type de femmes promouvant cette micro-mobilité est intéréssante... En effet, nombreux sont les gens à voir l'utilisatrice d'une Kingsong ou d'une Gotway comme une femme un peu "garçon manqué", ce qui à tendance à bloquer celles qui souhaiteraient changer de mobilité. Certaines marques et autres magasins d'edpm ne prennent des femmes que pour mettre en valeur l'engin... Il faut qu'elles soient belles et sexy, ce qui ne permet pas à une femme lambda de se projeter... Chez Mobilityurban, nous mettons un point d'honneur à mettre en lumière tous les utilisateurs, peu importe l'âge, la morphologie, la catégorie sociale, etc. Cela permet à celle et ceux qui sont réfractaires de voir qu'ils peuvent se lancer et pourquoi pas de réaliser une initiation dans nos locaux. 

 

 

Aujourd'hui, nous sommes heureux de voir que de plus en plus de femmes osent la gyroroue... Bien entendu, cela n'est pas encore suffisamment flagrant dans le paysage urbain, mais nous croyons que d'ici quelques années elle seront 10 fois plus nombreuses. Le monocycle électrique n'est pas plus dangereux qu'une autre mobilité, il faut pouvoir vaincre ses craintes et s'entrainer jusqu'à se sentir à l'aise sur son engin. Et oui... Les femmes ont aussi leur place dans la communauté, grâce aux réseaux sociaux on le remarque de plus en plus... Alors mesdames, continuez à vous faire voir et à inspirer votre entourage ! 

 

Si vous aussi vous avez une expérience particulière ? La roue ou la trottinette a changé votre vie professionnelle ou personnelle ? N'hésitez pas à témoigner et/ou à nous contacter pour partager votre témoignage.

 

 

 

 

RETROUVEZ LES TÉMOIGNAGES DE :

Changez de vie pour changez de Mobilité

Méline, la wheeleuse heureuse

Sandra et Joseph, les parents électrotteurs 

Remy jeune trotteurs qui veut gagner du temps

Pascal élus local qui roule

Georges livreur à roue

Ken le papy de 70 ans à gyroroue

Commentaires (1)

le

Super très bonne article peut-être un tout petit B molle sur une meilleure sécurité féminine

Poster un commentaire

Voir les Voir le produits trouvés produit trouvé Pas de produits trouvés icon-close
Une erreur s'est produite, veuillez réessayer ultérieurement. Voir le produit Aucun produit n'a été trouvé lors de la recherche Nouveauté Promotion Solde Vente flash  € loading ending recherche
Chargement..