Traverser l'Allemagne avec une trottinette électrique libre-service, il l'a fait. Portrait d'electrotteur

temoignage-electrotteur-voyage-trottinette

Il s'appelle Maximilian König, il y a quasiment un an de cela, ce journaliste a décidé de faire le trajet Hambourg-Berlin (306 km ) en trottinette électrique. Vous me direz ok pourquoi pas, mais lui n'a pas choisi avec n'importe quel modèle : une patinette électrique en freefloating Lime. Très controversées dans les grandes villes, ces trottinettes font souvent l'actualité des médias : accidents, mauvais traitement de l'engin, etc. Généralement ce ne sont pas des nouvelles glorieuses... Autant détestées qu'appréciées, le jeune homme a voulu se lancer un défi et montrer qu'on peut faire de très belles choses avec ces engins de déplacement personnels motorisés en libre service. Découvrez son aventure dans notre galerie de portrait: Qui sont les wheelers?

hambourg-berlin-voyage-en-trottinette-electrique-libre-service

Trottinette freefloating : Comment lui est venu une telle idée ?

"Ne serait-il pas temps que la trottinette électrique devienne un véhicule longue distance ?" se questionne Maximilian. Très présentes dans les grandes villes, le jeune homme constate qu'en milieu urbain elles encombrent les voies et peuvent être la cause de nombreux accidents. "J'ai eu l'idée de ce projet en découvrant un article dans le journal qui expliquait qu'un jeune homme de 24 ans avait été vu à trottinette électrique sur une autoroute" explique l'electrotteur. C'est le bon moment de préciser que la plupart des mauvaises images sur la trottinette électrique libre service sont dues à leur mauvaise usage pas aux véhicules eux même. 

C'est une des raison qui ont poussé le jeune homme à montrer les avantages de cet engin sur des longues distances : "elles produisent moins d'émissions de  CO2 que le bus ou la voiture, et elle est plus attrayante qu'un vélo électrique". C'est ainsi qu'il s'est mis à contacter 2 loueurs de patinettes afin de prendre rendez-vous avec eux, pour choisir un engin en bon état avec une batterie rechargeable offrant une bonne autonomie. Maximilian en a conscience : "un tel périple n'a jamais été tenté avec un engin de location... Généralement le trajet moyen est de 2 km... Pour cette aventure, j'ai l'intention de faire 80 km/jour". Vous l'aurez deviné 80 km en trottinette électrique ce n'est pas rien, il faut un engin de bonne qualité pour tenir la route. Avec l'image des patinettes en libre-service, on se demande légitimement si ce journaliste réussira son pari. En tout cas, il a pris les équipements nécessaires pour le faire : "j'ai décidé de transporter deux batteries de réserve dans ma sacoche, qui est accrochée au guidon".

 

À lire aussi : ROAD-TRIP FRANCE-NORVEGE À TROTTINETTE ÉLECTRIQUE E-TWOW, IL L'A FAIT !

 

Traverser l'Allemagne en trottinette électrique : Une aventure incroyable !

Ce n'est pas tous les jours qu'on décide de voyager avec une trottinette électrique en libre-service. Alors, au moment où Maximilian voit le chauffeur qui  livrer la patinette, et que celui-ci lui dit que l'engin avait eu quelques chutes durant le trajet... Notre journaliste tenta de se rassurer en se disant que cette mobilité avait vu bien pire. D'ailleurs, des situations catastrophes il en avait fait une liste dans sa tête : accidents de la route, pluies torrentielles, fractures, etc. De quoi effrayer sa mère qui lui demanda de faire attention à lui et de l'informer de son trajet chaque soir.

 

Comment a-t-il fait pour transporter ses affaires et ne pas se les faire voler ?

C'est la bonne question... Généralement les road-tripers prennent un sac à dos de voyage pour y placer leurs affaires, et un antivol s'ils doivent laisser leur engin ou le recharger sans qu'ils puissent avoir un vue dessus. Pour cette aventure, notre journaliste n'a rien fait comme les autres... Alors oui, il a pris un petit sac à dos pour y placer quelques effets personnels, mais il a décidé de porter sur lui cinq couches de vêtements, un caleçon long et deux chaussettes. Est-ce pour se protéger du froid de l'automne ? Peut-être...

Tous le reste de ses affaires sont accrochées grâce à des rubans sur le guidon de son engin, plutôt que sur son dos. On se demanderai presque s'il a pu trouver l'équilibre avec tout ça, mais à croire que oui : "10 kg de bagages pendouillent du guidon. Ils sont fixés grâce à des tendeurs et rubans pour cadeaux". D'ailleurs le système D, c'est quelque chose que notre conducteur de trottinette connait bien. Il n'existe pas de régulateurs de vitesse sur les engins en libre-service, alors le jeune homme en a inventé un avec un élastique à cheveux : "au bout de 82 km, mon pouce commençait à fatiguer... Alors j'ai inventé un régulateur de vitesse, grâce à un élastique que j'ai enroulé autour du poignée. Avec cette astuce j'ai pu maintenir l'engin à la vitesse max autorisée de 20 km/h".

Et le vol dans tout ça...! Même si un utilisateur qu'il avait rencontré lui avait fait comprendre qu'en 5 min il risquait de ne plus avoir son engin : "tout ça, ça se démonte, en 5 min tu n'as plus de bécane" lui avait-il dit... Maximilien n'était pas effrayé à l'idée qu'on lui vole sa patinette, pour lui les chances étaient peu élevées. Il avait même tenté une expérience sociale, lors d'une pause recharge : "j'avais garé la trottinette au milieu de la place du marché, et j'attendais de voir la réaction des gens. Allaient-ils la voler ? L'essayer ? La pousser ? Il y avait juste un vieux Mr qui s'en est approché et l'a regardé de haut en bas. Le reste des habitants étaient perplexes ou ne s'en occupaient pas" nous explique le jeune homme... 

 

 

photo-marcel-maffei-voyage-trottinette-electrique-allemagne

Un voyage en trottinette électrique rempli de belles rencontres !

Ce que Maximilien K. retient de ce magnifique périple ce sont les rencontres, beaucoup de rencontres ! Mais aussi beaucoup de curiosité et d'amusant. En effet, le jeune a traversé de nombreux villages durant son périple de 4 jours... Généralement ces endroits ont peu voire jamais vu de trottinettes électriques. Alors quand cet ovni passe, forcément cela fait réagir. "Les balayeurs de rues s'arrêtaient pour me regarder, les papis faisaient de la place avec un regard amusé ou sceptique" affirme l'homme. Mais il y avait toujours de la bienveillance derrière.

 

"À la campagne, la trottinette a droit à un respect qu’elle a depuis longtemps perdu en ville"

Notre journaliste-voyageur l'a remarqué, même si elle a surpris de nombreux habitants. Jamais personne ne s'est permis de casser, salir, insulter sa mobilité ou lui... Alors oui, il a eu droit à quelques petite remarques par rapport à son engin ou encore à son projet de faire 306 km avec une trottinette. "Je devais traverser l'Elbe avec le bac, le passeur a regardé mon EDPM et était très surpris. Il connaissait les vélos, mais pas les patinettes électriques" nous raconte t-il. Plusieurs fois cela lui est arrivé, il faut dire que dans les campagnes on en voit pas tous les 10 m de trottinette électrique. Il a fallu qu'il atteigne la ville Falksensee, non loin de Berlin, pour que les gens commencent à savoir ce que c'est sans qu'il l'explique. Mais pour la majorité de son aventure, les gens arrêtaient leur conversation pour regarder le jeune homme passer.

Pour revenir sur son projet, certains se disaient qu'il ferait mieux de rejoindre Berlin autrement... D'ailleurs un homme qu'il avait rencontré, lors d'une pause recharge batterie, lui conseilla plutôt de prendre le train, car il y serait en trente minutes. Mais vous vous doutez bien que prendre le train et faire le voyage en trottinette offrent deux sensations totalement différentes. Et ça Maximilien l'avait bien compris dès le 1er jour : "je glisse, je surfe, je flotte. Dès le 1er jour, j'ai eu un sentiment d'euphorie voir le paysage défilé devant mes yeux, sentir le vent, le soleil... Entendre la trottinette ronronner. Il n'y a pas de mots !". Alors autant profiter d'une expérience si unique quand on le peut, plutôt que de tenter quelque chose de plus simple..

Nombreux villageois en voyant Maximilien se dirent qu'ils aimeraient eux aussi avoir ce type d'engin, car il y a très peu de bus dans les villages, les EDPM offrent une belle autonomie pour pouvoir se déplacer facilement et puis "ça fait cool" !

 

Des rencontres improbables ou presque...!

Lors de son aventure, Maximilien ne s'attendait pas à tomber sur d'autres utilisateurs d'engin électrique. Généralement l'idée que l'on se fait des petits villages est que les gens utilisent la voiture ou le vélo classique.  Le 1er jour de son voyage de tomber sur une utilisatrice de vélo électrique : "j'arrivais à Geesthacht, et en plein carrefour une femme s'est arrêtée à coté de moi. Je lui ai dit : "alors on roule électrique ?", elle a rigolé et est partie". 92 kilomètres plus tard, il fit une nouvelle rencontre tout électrique, cette fois-ci c'était une trottinette. Le propriétaire, un homme d'une quarantaine d'années, ancien réparateur de patinette chez un opérateur free floating était très fier de son engin débridé... Un acte qu'il sait inégal : "quand je lui ai demandé si ce qu'il avait fait était permis, il me fit comprendre que ça ne l'était pas vraiment" nous explique Maximilien. Ses deux dernière rencontres improbables, furent celles d'un propriétaire de voiture électrique en pleine recharge. L'homme fit comprendre à notre aventurier qu'il rechargeait sa batterie en 45 min et qu'il était prêt à l'aider à avance dans son voyage. Est-ce-que Maximilien a accepté ? On ne le saura jamais !

Sa dernière rencontre se clôtura avec celle de deux cyclistes, qu'il rencontra faisant une pause près d'un arbre. Des jeunes de 17 et 18 ans qui avaient eux-aussi décidé de faire Hambourg-Berlin en mobilité douce, mais avec comme mode de voyage le vélo ! Comme pour Maximilien, ils étaient partis il y a 4 jours. Une victoire pour le jeune homme, cela lui prouvait qu'entre une trottinette électrique en libre-service et un vélo, il n'y avait pas de si grandes différences que cela !

 

 

Voyager en trottinette électrique de location : Une aventure insolite et folle !

Il ne pensait pas y arriver et pourtant il l'a fait ! Découvrir une partie de l'Allemagne en patinette électrique. Une aventure qu'il a pu gérer facilement, malgré certaines petites périodes de stress : "j'ai eu des coups de chaud" nous confie Maximilien le sourire aux lèvres. À un moment le jeune homme devait passer un portail où il y avait écrit "passage interdit" (merci Google map), ce sentier couvert d'herbe menait à une ruine qui ne le m'était pas en confiance. "J'ai préféré faire demi-tour, traverser un bout de forêt, avant de finir sur une route nationale sans piste cyclable et à peine éclairée" nous explique t-il. Une situation stressante à vivre car il se trouvait en zone inconnue, la nuit et avec une patinette qui éclairait mal : "je n'avais que le phare de ma trottinette qui éclairait à peine un mètre de distance" raconte t-il. C'était un premier frisson qu'il aurait préféré vivre autrement. En effet, s'il avait installé des éclairages complémentaires sur son engin et son casque, et s'il avait mis un gilet de haute visibilité et sécurité de type Nomadled, il aurait rouler avec plus de sérénité. Finalement il est arrivé à son point de rendez-vous, il prit la dernière chambre libre de son hébergement et s'écroula de fatigue.

Mais l'aventure ne s'arrêta pas là pour le jeune homme, après la nuit pleine de frisson vint les routes tumultueuses. Maximilien se demandait si les matériaux et équipements composant sa patinette allait tenir le coup face aux nids-de-poule remplis de boue ! Alors pour éviter le pire, il décida de s'accroupir comme un skieur : "je ne voulais pas casser l'essieu !". Finalement l'engin de location tenu le coup.

Le périple de notre journaliste se termina 306 km plus tard, avec les encouragements et félicitations des employés de la société chez qui il a pris l'engin : "you've made it !" (tu l'as fait !). Résultat des courses, une patinette vivante mais qui a laissé des traces : vernis écaillé, équipements recouverts de boue (plateau et roues)... Des éléments témoignant de la superbe aventure de Maximilien Koenig, l'homme qui avait décidé de voyager en trottinette électrique libre-service.

 

À LIRE AUSSI :

LA TROTTINETTE ÉLECTRIQUE EN VACANCES !

DES VACANCES AVEC SON EDPM C'EST POSSIBLE ?

RÉMI, IL E-TROTT POUR GAGNER DU TEMPS !

ACHETER UNE TROTTINETTE ÉLECTRIQUE A ÉTÉ SA PLUS BELLE DÉCISION !


À 84 ANS, IL FAIT DE LA TROTTINETTE ÉLECTRIQUE !

 

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,