Location de trottinette électrique: opportunité ou calamité ?

Lime et bird - article mobilityurban - mobilité urbaine

 

Elles ont envahi Paris depuis le début de l'été, et on en trouve désormais dans les rues de Bordeaux et Lyon. Les sociétés américaines Lime et Bird mettent à disposition des trottinettes électriques en location libre-service. Leur développement et utilisation posent énormément de questions... 

 

Jusqu'où iront-elles ? Entre polémiques et vandalismes, ce qui devrait être un formidable tremplin pour ce mode de déplacement risque-t-il de causer sa perte ? Pourquoi 300 e-trottinettes ont-elles causé un effet médiatique plus grand, que les centaines de milliers d'usagers du quotidien ? Comment celles-ci ont-elles précipité une réglementation attendue depuis 4 ans ? On en débat avec vous.

 

 

XIAOMI M365 - ARTICLE LIME ET BIRD - MOBILITYURBAN.FR

Quoi ? Comment ça marche ?

 

Tout a commencé avec l'implantation de Lime à Paris. Cette société propose des trottinettes électriques en libre service free-floating. Entendez par là, qu'elles n'ont pas de bornes d'attache, contrairement au velib ou autres vélos Toulouse. On peut les trouver et les laisser n'importe où. Vous localisez la plus proche sur votre application smartphone, vous scannez son code, et elle est à vous pour 1 euros puis 15 centimes la minute.

 

Les modèles choisis par les deux sociétés sont des modèles de faibles performances issues des Ninebot segway ES1 et la Xiaomi M365. 

 

 

Le début d'une reconnaissance !

 

L'annonce de l'arrivée de trottinette électrique en location dans les rues de Paris a sonné comme une victoire ! En effet, pour avoir le droit de s'implanter, il leur a fallu l'accord de la mairie de Paris. C'est-à-dire que Paris reconnaissait officiellement la trottinette électrique comme un moyen de déplacement au même titre que le vélo.

 

Depuis 6 ans, nous nous battons pour développer et promouvoir le Vleu. Nous avons oeuvré sans relâche pour obtenir une vraie reconnaissance de  ce moyen de transport. Nous avons rencontré à mainte reprise des élus de tout bords, députés, maires et sénateurs. Par exemple, nous avons vu Chrisophe Nadjovski (Maire adjoint en charge des transports à paris) ou encore JM Latte (son Homologue à Toulouse) en début d'année. Nous lui avions remis le rapport de la grande consultation sur la réglementation pour roue et trottinette electrique . Très ouvert à la discussion, mais sans réelles promesses.

 

Si Lime et Bird ont trouvé une meilleure attention, cela est certainement dû au fait qu'ils paient une belle redevance pour avoir le droit de disperser leurs trottinettes sur nos trottoirs.

La mise en libre service s'est accompagnée d'une belle campagne des médias qui découvraient et faisaient découvrir tous les avantages de se déplacer en mode léger, compact, facile...

 

Les Parisiens avaient enfin le moyen de tester et de se laisser séduire par ce nouveau moyen de transport sans investir. 

Un tableau idyllique...jusqu'à ce que les dérives d'utilisation transforment le rêve en cauchemar des trottoirs !

 

 

destruction trottinette lime et bird - article mobilityurban.fr

Des dérives inadmissibles et dangereuses

 

En effet, rapidement, à l'instar de ce qui se passe déjà en Californie, les incivilités et abus ont vite émaillé le concept.

 

Il vous suffit d'un smartphone pour louer une trottinette, et vous en disposez 1 heure pour moins de 10€. Cela se fait, sans le moindre avertissement quant aux règles de sécurité et de bon usage. Alors, autant la grande majorité des electrotteurs et wheelers sont sensibles à la sécurité tant pour eux que pour les autres, autant un nombre certains de ceux qui utilisent ce service de location le font "pour s'amuser".

Ainsi, ils ne sont pas forcément sensibles aux règles de base de bon partage de la voie tel qu'on les décrit dans les 10 commandements du wheeler eletrotteur averti".  Combien en voit-on juché à deux sur des trottinettes dont la charge max admissible est de 100kg ? 

Ils roulent sans se soucier des conséquences, ni de l'image donnée aux wheelers.

 

Sans compter que le free-floating appelle à d'autres pratiques douteuses. Comme elles sont là à la disposition de tous et sans surveillance, elles servent de défouloires à quelques excités qui les détruisent ou les vandalisent sans vergogne et sans courir le moindre risque. C'est léger et facile à déplacer... Pourquoi se priveraient-ils de les jeter dans la Seine ou du haut d'un immeuble ? Ils poussent même le crime jusqu'à en diffuser les images sur Youtube. Doit-on le tolérer ? Bien moins facile avec un cityscoot ?

D'autres au contraire les privatisent en les emmenant dans leur hall d'immeuble, rendant impossible le partage.

 

Faire la part des choses ! 

Le problème c'est que cet aspect des choses est le plus croustillant pour certaines télés, qui s'en font les gorges chaudes. On ne distingue pas les dérives d'un système de location qui n'engage pas ses utilisateurs, à celui des wheelers et electrotteurs qui roulent sagement depuis des années sans déranger personne. Ceux la même pour qui le Vleu a changé leur vie, en les rendant moins dépendants des transports en commun, en leur permettant d'abandonner un mode polluant ou autre. 

 

Plus d'accident? 

Bien que certains aimerait à le dire,aujorud'hui rien ne permet d'étayer cette cause. C'est tout l'objet de l'observatoire mis en place en janvier dernier. A ce jour on ne dispose que de statistique sur les trottinettes et rollers et on n'est pas sur que les accidents de trotitnettes électrique soient bien repertorié dans cette case. Allez, quand bien même, ces derniers font état de 287 blessés et 5 morts, quand les modes motorisés en causent plusieurs centaines par ans depuis bien longtemps sans qu'on imagine les interdire.

Quel impact sur la réglementation attendue depuis des années ? 

 

Là où nous nous battons depuis des années, ou des centaines de milliers d'utilisateurs n'avaient pas trouvé d'oreille dans les ministères. L'arrivée du free-floating de trottinette semble avoir quelque peu précipité les choses. Une semaine avant l'annonce surprise d'Elisabeth Borne sur la règlementation 2018 des trottinettes électriques, le parlement répondait à une question à ce sujet en renvoyant aux callendes grecques et la mise en place d'une étude et d'un observatoire depuis janvier 2018 dont les résultat ne seraient connus et analysés qu'en 2019... Alors, c'est bien l'influence des médias et leur intérêt pour les usages inciviles des trottinettes électrique qui semblent avoir précipité les choses.

 

Heureusement, la décision qui semble s'annoncer est bonne et correspond aux attentes des utilisateurs. Alors, au final, la mise en libre service de trottinettes aura-t-elle été une bénédiction pour l'avenir de notre mobilité ? On le saura dans quelques semaines.

 

 

Vous avez un rôle à jouer !

 

Piétons, mamie, enfants, n'ayez pas peur. Non, les wheelers ne sont pas les nouveaux Hell's Angels !  Donnons ensemble une image plus juste de nos pratiques. J'en appelle à vous wheelers et electrotteurs... Partager vos bonnes pratiques et vos bonnes expériences. Contactez-nous!

 

Éternelle optimiste, nous pensons que nous autres, les professionnels du secteur de la mobilité électrique pouvons parler d'une même voix. Pourquoi ne pas nous réunir et défendre les usagers, auprès des pouvoirs publics sans se laisser manger ou prendre la parole par d'autres ?

 

 

 

Commentaires (2)

BAMle 12 octobre 2018 à 20:07

Bonjour M.U.

Cette généralisation de gros titre à l'encontre des vleu à non perdons des etrott en free floating m'agace profondément comme beaucoup de notre communauté.

Hormis montrer le bon exemple et notre respect envers les autres personnes avec qui nous partageons nos différents lieux de circulation, que pouvons nous faire de plus ? Comment montrer / faire connaître notre moyen de déplacement ?

Sur Lyon nous avons participé au Salon de l'éco-mobilité en tant qu'association avec initiation, ce fut un succès.

Merci de défendre les etrott et wheelers, et votre business aussi ;)

bam

Gregle 2 mai 2019 à 10:47

Bonjour,

je ne suis pas contre la mise en place de nouveaux moyens de transport.
En France, je trouve cela dommage voir choquant qu'il faille réglementer, voir punir les usagers car certaines personnes ne savent pas respecter et partager la voie publique.
Hier (mercredi 01/05/2019), j'ai retiré 3 trottinettes électriques de la Seine au niveau de l'arrêt Saint Germain des Prés des bateaux Bus.

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle

Découvrez nos solutions de visibilité pour vous déplacer en toute sécurité à partir de 12€

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,