Réglementation Gyroroue et trottinette : vers une interdiction ?

Ouvertes début Septembre, les assises de la mobilité se sont closes le 13 décembre dernier par la remise de différents rapports d'expert au gouvernement. Certains groupes de travail ont débattu sur les Vleu avec peu ou pas de véritables représentants utilisateurs et ont rendu leur conclusion. Si leur usage n'est pas remis en cause et que les Vleus sont reconnus comme solutions de déplacement, la place qu'ils doivent occuper est plus que controversée : Interdit de trottoir ? Interdit de route ? Aux Wheelers, Wheeleuses, Electrotteurs et Electrotteuses de prendre position !

 

Le sujet est grave et l'heure n'est pas aux chamailleries. Aussi, en association avec Wheelers33, WheelofLyon, Wheelers31 et les autres grands noms de la distribution de Vleu que sont Gyroroue-Shop et Eroue, nous lançons un grand sondage pour recueillir vos avis et avoir le plus grand nombre de réponses à faire valoir dans les discussions officielles. 

 

Les décisions n'ont jamais été aussi proches d'être prises. C'est donc maintenant que les usagers doivent se faire entendre ! Exprimez-vous ! 

 

Pourquoi se mobiliser ?

Aujourd'hui, nous bénéficions d'une grande tolérance, autant sur les trottoirs à petite vitesse que sur piste cyclable ou sur la route/rue (quand il n'y a pas de piste cyclable), pour peu de respecter la notion de prudence et de respect des plus faibles. Cette tolérance est essentiellement due au fait que le développement du VLEU (Véhicule Léger Electrique Unipersonnel) est évidemment bénéfique aux politiques des villes contre la pollution, mais aussi car aucun texte ne permet vraiment de verbaliser les usagers, si ce n'est à cause de la mise en danger d'autrui.

Le vleu est le terme générique qui regroupe la trottinette électrique, la roue électrique, le e-skate et dans une moindre mesure l'hoverboard.

Si, demain, un texte déclare une interdiction de rue/route pour les Vleus*, il n'y aura plus de tolérance et inversement.

 

Bien sûr, il faut absolument que les vrais usagers du quotidien puissent faire entendre leur voix comme le font les puissantes associations de cyclistes et de piétons. 

En savoir plus sur ou rouler en trottinette et roue électrique.

La réglementation se décide maintenant, avec ou sans vous !

 

Dans le cadre des assises de la mobilité, une commission d'experts réunissant des usagers, des associations de piétons et de cyclistes, ainsi que de sécurité routière, s'est réunie pour parler de l'intégration des EDP*: Engins de Déplacement Personnel (notez bien cette différence) et ont émis un rapport remis au gouvernement. Leur rapport, bien que contenant de nombreuses erreurs d'analyse, les emmènent à la conclusion que le plus sage serait d'assimiler les Vleu à des "cycles''. En clair, les Vleus auraient tous les droits et les devoirs des vélos. 

Ce qui pourrait sembler une excellente nouvelle s'est vu immédiatement contredit par des objections de la Direction Générale de l'Entreprise (DGE) et de la FPMM (Fédération Française de Micromobilité). Ces dernières, qui incluent aussi (surtout ?) les trottinettes mécaniques, entendent défendre un autre projet, avec un statut plutôt proche de celui d'un "super piéton" et donc l'interdiction effective de route.

 

Aussi, plus que jamais, ce sont les usagers, à travers les associations, qui peuvent et DOIVENT se faire entendre en remplissant le grand sondage sur vos voeux en terme de réglementation.

 

 

Répondez, partagez, répandez....

 

Si vous ne souhaitez pas que tout cela se décide sans vous, il est temps d'agir et de donner votre voix sur ce sondage. Pour qu'il ait une valeur, il faut que le nombre de répondants différents soit important, alors, répondez et partagez !

 

Accès au grand sondage sur la réglementation

 

Capture d'écran 2018-01-05 14.51.18

Et si les Vleu était assimilés à des vélos ? Votez "1" !

 

Courant Octobre, donc, dans le cadre des Assises, un groupe d'experts (dont la sécurité routière, le CEREMA, des associations de vélos et de piétons et un représentant de la nouvelle FPMM) ont débatu de l'avenir de la réglementation des EDP et Vleu. Des débats, semble-t-il, assez houleux. On regrettera bien sûr que si peu - voire pas - d'utilisateurs réguliers de la roue ou de la trottinette électrique n'ait été présent. Cela aurait certainement permis de faire tomber quelques à priori, notamment sur la dangerosité et sur les risques de cohabitation paisible avec les piétons et cyclistes.

Ainsi, leurs réflexions et leur argumentation contiennent bon nombre de shémas erronés et de pré-jugés, obtenus par meconnaissance de ces engins de déplacement (en particulier en ce qui concerne la roue). Par exemple, cela est flagrant quand ils disent qu'il s'agit "d'un effet de mode", ou encore que l'on puisse penser "que [les engins] nécessitent souvent un revêtement de très bonne qualité sans aspérité".

Pour autant, leur conclusion est plutôt très intéressante, je cite :

 

"En résumé, la proposition du Comité des experts est d’assimiler les engins de

déplacement à des cycles quant à l’usage des espaces publics et aux règles d’usages

relativement au partage de la voirie. Toutefois, vu qu’il s’agit de nouveaux modes de

déplacement, il est proposé de leur imposer le port du casque et de gilet de haute

visibilité. Des recommandations complémentaires sont à établir relativement aux

équipements de sécurité (protections genou-coude-poignet)."

 

Cela revient donc à considérer les Vleus comme des vélos avec tous leurs droits et leurs devoirs, c'est-à-dire : 

- Circuler sur les zones piétonnes à condition de respecter la priorité des piétons ;

- Circuler sur la rue dans les zones 30 Km/h ;

- Circuler sur les aménagements cyclables dans les rues à 50Km/h quand ils existent ;

- Circuler sur la rue dans les Zone 50 Km/h ou plus quand il n'existe pas d'aménagement cyclable ;

- Etre interdit sur les trottoirs ;

- Bénéficier de toutes les priorités et règles du code de la route des vélos : utilisation des contre-sens vélo, etc.

 

 

 

Une assimilation piéton mixte : Votez "2" !

Cette préconisation a rencontré de fortes oppositions, notament parce qu'elle induit l'interdiction sur les trottoirs des EDP. On vous le rappelle, les EDP ne sont pas les Vleu, cela compte aussi pour les usagers de trottinettes mécaniques et autre rollers qui ne souhaitent continuer d'utiliser les trottoirs et préfèrent être interdits de rue. Pourtant, ce qui reste non négociable pour tous et dans tous les cas, c'est un usage des trottoirs à 6km/h max. 

Leurs préconisations :

- Etre assimilé aux piétons dans les aires piétonnes, les zones de rencontre, les voies vertes, les trottoirs et les traversées piétonnes de chaussée ;

- Etre assimilé aux cycles quand il y a des pistes cyclables ;

- Circuler sur les aménagements cyclables ou plus avec amménagement cyclable.

- Etre interdit sur la chaussée dans les zones à 50 Km/h et plus, quand il n'existe pas d'aménagement cyclable avec rabattement sur le trottoir à 6km/h.

 

 

La sécurité, la sécurité, et encore la sécurité !

Quelque soit le choix réalisé, les protagonistes s'entendent sur quelques exigences, concernant non seulement les machines au travers de la future norme produits, mais aussi sur des obligations pour leurs usagers comme: 

- Une limitation de vitesse à 25 Km/h par construction ;

- L'obligation du port de casque et d'élément de visibilité ;

- Le système de freinage (double et indépendant).

 

 

assises de la mobilité

Retour sur les assises de la mobilité

 

Les Assises de la mobilité ont été initiées par la ministre du transport Elisabeth Borne pour permettre à tous de s'exprimer : experts comme usagers.

Durant ces trois mois, le gouvernement a organisé de nombreux groupes de travail à Paris et en région. Ces réunions ont rassemblé des experts de la sécurité routière, des préfets, des acteurs des transports en commun, des industriels, des associations de piétons, vélos, etc. Les groupes de travail et les réunions publiques se sont ainsi succédés sur des thèmes tels que la réduction de notre empreinte environnementale, les mobilités plus connectées, les mobilité plus solidaires, plus sûres...

Les Assises de la mobilité ont offert une plateforme très ouverte à chacun pour aller proposer ses idées sur l'avenir de la mobiltié, en ville mais aussi de façon plus globale. C'était une bonne occasion pour les wheelers et électrotteurs d'aller y promouvoir l'usage des Vleu. Nous avons retracé pour vous les meilleures contributions sur le sujet dans notre article sur assises de la mobiltié : la voix du Vleu 

Toutes ces réflexions autour des transports ont été synthétisées dans des rapports remis au Gouvernement en vue de la rédaction de la loi d'orientation de la mobilité qui sera présentée au Parlement en 2018.

Lors de ces réunions, les Vleu (Véhicules Légers Electriques) ont été évoqués notamment lors des discussions sur les EDP (Engins de Déplacement Personnels). Ils y étaient représentés par la toute nouvelle FPMM (Fédération des Professionnels de la Micromobilité).

Ces accronymes vous semblent-ils obscurs ? 

 

 

Quel différence entre EDP et VLEU? 

Comprendre la différence entre Vleu et EDP est essentielle pour bien appréhender les enjeux qui se jouent sur une future réglementation. Les EDP  (Engins de Déplacement Personnel) englobent tous les moyens individuels de se déplacer électrique et NON électrique, c'est-à-dire les trottinettes bien sûr, mais aussi les rollers, skates...

Les VLEU (Véhicule Léger Electrique Unipersonnel), quant à eux, ne rassemblent que les moyens électriques de se déplacer : E-Trottinette, gyroroue, E-skate.

Les Vleu ne représentent donc qu'une petite partie du parc des EDP. En effet, le marché de la trottinette mécanqiue est estimé à 1 million de pièces par an, quand celui des Vleu n'est pas bien connu et tourne autour de quelques dizaines des milliers pour le moment.

 

 

FPMM fédération micromobilite

Qu'est ce que la Fédération des profesionnnels de la micromobilité ?

 

En mi-décembre a eu lieu la première assemblée générale de la FPMM (Fédération des Professionnel de la Micromobilité) à laquelle nous avons assisté. Cette association a pour objectif annoncé de promouvoir et de défendre le développement de la micromobilité. Par micromobiltié, il faut donc entendre tous les moyens de se déplacer de façon légère : trottinette mécanique, trotitnette électrique, gyroroue. Des EDP donc, pas seulement des Vleu. Les skates et hoverboards étant exclus à priori du champ d'action.

Parmis cette assemblée, étaient donc présent, Oxelo/Decathlon qu'on ne présente pas, Micro (le représentant en France de la célèbre marque de trottinette mécanique), Adrya (fabricant et importateur de trottinette électrique et accessoire de visibilité), d'autres partenaires potentiels comme Allianz l'assureur, Smartcity, Mcf (syndicats des moniteurs cyclistes français) ou encore Erolling (le nouveau magazine des mobilités électriques), et bien sûr, nous, Mobilityurban, en tant que distributeur.

Depuis 5 ans, militant acharné à défendre la mobilité électrique, nous ne pouvions manquer l'occasion de nous associer à cette fédération naissante. En effet, en notre qualité de professionnel du secteur et en temps qu'usager du quotidien, nous nous sommes donnés pour mission de porter la voix du Vleu partout où il était possible de le faire. Et nous avons bien fait, car il semble que les Vleu, et les wheelers en particulier, y étaient sous-représentés.

Pour participer au sondage c'est ici : Accès au grand sondage sur la réglementation

Commentaires (11)

le

Mon mari âgé de 73 ans et moi- même , âgée de 59 ans pratiquons la roue électrique depuis bientôt 3 ans. Je l'ai utilisée pour aller travailler quand la météo le permettait pour faire un déplacement de 9 km. Et c'était bon pour les" patrons" car vous êtes en forme pour travailler.
En retraite tous les deux, nous roulons 20 à 25 km par jour en balade .Elles remplacent les motos et c'est bon pour la planète : moins d'énergie consommée .C'est une activité très saine . Mentalement , elle procure tellement de plaisir que cela nous dynamise pour notre vie au quotidien et c'est bon pour la Sécurité Sociale : moins de visite chez le médecin et de médicaments consommés.
Cet engin est aussi maniable qu'un vélo . C'est seulement déstabilisant pour les néophytes , qui considérant l'absence de guidon , nous prennent pour des acrobates .
En toute objectivité , il faut que les détracteurs viennent essayer.

le

Vouloir être solidaire je trouve cela bien, et je suis vraiment pour le développement de l'électromobilité, mais faut pas rêver non plu car on ne peut pas mettre tout le monde dans le même panier. Les électrotteurs utilisent du matériel assimilable à des VAE (le moteur électrique n'est pas la seule source de propulsion) et ont un niveau de sécurité (il y a au moins un frein mécanique indépendant) que les engins gyrostabilisés n'ont pas et n'auront jamais. Le principal "défaut" ou "danger" de nos engins gyroscopiques c'est la panne électrique car c'est la gamelle assurée dans ce cas, contrairement aux trottinettes pour lesquelles un défaut d'alimentation ne conduit pas directement à une chute (comme pour les VAE). Donc si les conséquences de ce genre de coupure sont mineures pour une trottinette, elles peuvent être dramatique avec les engins gyrostabilisés : impossibilité de freiner, perte du contrôle et de son équilibre, bref l'engin peut partir dans n'importe quelle direction et faire de nombreux dégâts, idem pour l'utilisateur qui peut se retrouver sous les roues d'une voiture par exemple. Alors soyez réalistes et raisonnables, et surtout réfléchissez bien si vous voulez vous exposer à tout ça.

le

Un des arguments de la FPMM est effectivement de dire qu'il y a de la diversité et que pour certains la route est moins adaptée (mais ils pensent surtout à la trottinette mécaniques) et que du coup il est plus raisonnable de rester sur les trottoirs.
Ceci dit, il ne faut pas compter sur une loi pour chaque type de véhicule ce sera une loi unique!.
du coup cela reviendrait donc à interdir tout le monde de route même les trott électrique, est-ce ce que l'on veut? peut être, a vous de le dire, c'est pour ça qu'il faut voter quelque soit votre position.

le

Sur les trottinettes électroniques, il peut aussi y avoir des problèmes. J'ai lu récemment qu'un utilisateur de Dualtron 2 Ultra avait eu sa roue arrière bloquée à fond...c'est dans ces cas là qu'il faut un arrêt d'urgence pour couper l'alimentation. Ce que je regrette, c'est qu'on nous parle toujours de vélo électrique. Même sur mon lieu de travail, notre de service de comm a invité Décathlon à faire des essais et démonstrations. En même temps, on nous parle de covoiturage....Essayer de faire du covoiturage avec un vélo électrique...alors qu'avec une gyroroue, aucun problème.
Pour l'instant, j'essaie de mixer gyroroue et transport en commun....et quand il fait beau, c'est gyroroue seule. J'ai l'avantage d'habiter un village où des pistes cyclables sont présentes dans la plupart des rues, et, évidemment, lorsqu'on quitte ce village...plus rien....voire parfois même pas de trottoirs. Bref, obligé de faire un détour pour aller au boulot.
Voilà 2 ans et demi que je roule et tant que l'on respecte le code de la route et les piétons que l'on croise, aucun souci.

le

Il ne fait aucun doute que le "danger" est présent dans ces nouveaux moyens de locomotion. Comme partout et avec tout engin de déplacement des utilisateurs prendront et feront prendre des risques par le non respect des bases élémentaires de sécurité (idem voitures, motos, vélos...).De fait, ils feront montrer du doigt les autres utilisateurs respectueux des règles. Il me semble naturel de pouvoir circuler librement sur trottoirs, pistes cyclables et rue en respectant des règles de priorité et de sécurité adaptées.L'usage des automobiles, motocyclettes et autres engins autorisés à ce jour a prouvé que l'on pouvait s'adapter intelligemment à tous les moyens de locomotion inventés.Il serait incohérent d'interdire ces nouveaux engins qui contribuent au développement durable par l'absence d’émission de particules nocives tout en permettant une liberté de déplacement en contact direct avec l’environnement. Comme toujours la nouveauté fait peur et dérange parfois les lobbies en place mais c'est l'évolution positive qui doit dicter nos comportements.Osons et soyons audacieux dans un monde qui bouge et sachons prendre le bon au détriment de l'attentisme.

le

je roule en trot tout les jours pour aller travailler et je m amuse tout les jours . J ai 60 ans

le

Monté, pour la toute première fois, sur une roue le cinq septembre 2017 devant mobilityurban Lyon, je roule sur une V3 jumelée, ce qui n' empêche pas quelques gamelle de débutant, gamelles qui montrent l' utilité des protections.
Encore beaucoup à apprendre sans, pour autant, rêver d' acrobaties à mon âge.
Né le 24 08 1938, c' est grave, docteur ?

le

Je suis d'accord sur le fait qu'il faut nous laisser les routes et les rues en tant que VLEU mais il y a encore trop de personnes irresponsables avec ce mode de transport. Nous faudra t'il passer un permis ?

le

Cela fait 2 ans que je pratique la gyroroue en tant que loisir (environ 20 km /jour) ; c'est extra je ne peux plus m'en passer. J'essaie au maximum de respecter les passants en étant le plus courtois possible et jusqu'à présent je n'ai jamais eu de problème en espérant que cela dure. Je pense que si chacun met du sien en étant responsable sur les trottoirs etc... ou n'importe quel endroit on se trouve c'est-à-dire respecter vitesse, comportement vis à vis d'autrui, je crois que l'on pourra poursuivre dans la bonne voie, Faisons un effort et nous pourrons aller de l'avant. Ne gâchons pas ce petit ou grand plaisir quotidien, ce serait dommage.

Cordialement

le

j'utilise un ninebot elite depuis 1 an. habitant sur les hauteurs d'une commune avec le centre ville 1km5 plus bas cela est très pratique et ludique pour faire des courses sans sortir la voiture. Pas de pollution, pas de problème de stationnement (donc plus de place pour les autres voitures)et du plaisir en plus à moindre coût. Tout est dit... Bien sûr je fais très attention au piétons et vélos car c'est important pour la sécurité et l'image de ce type d'engin et de déplacement. Pourvu que cela dure.. car l'âge et l'expérience m'ont appris que si une légitime législation est nécessaire elle est souvent présentée et faite par des personnes qui connaissent peu la pratique voir le sujet mais en parlent comme de véritables experts se fondant sur des rapports et des avis...parfois improbables.

le

Utilisateur de trotinnette électrique depuis deux ans, je ne pouvais plus utiliser mon vélo.
Opéré d une hernie, c est seulement en position debout que je pouvais encore me déplacer.
La selle étant un risque de récidive pour ma hernie, j'ai du arrêter l'utilisation du vélo.
Un remplacement positif et moderne ,
qui me permet de faire mes courses.
L autonomie étant importante pour ma trotinnette, je prépare
un voyage avec une remorque adaptée.
Alternant, suivant la situation, entre piste cyclable et route, le trottoir étant pour les pietons, c'est en dernier recours que je l'utilise.
Sinon que reste t il aux piétons ?
Prudence extrême sur trottoir.
Les piétons ne polluent pas.

Poster un commentaire

Ces informations sont nécessaires à notre société pour traiter votre demande.
Mobilityurban.fr est enregistrée à la CNIL sous le numéro (1558330) et respecte la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978.
Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent en nous contactant.

Voir les Voir le produits trouvés produit trouvé Pas de produits trouvés icon-close
Une erreur s'est produite, veuillez réessayer ultérieurement. Voir le produit Aucun produit n'a été trouvé lors de la recherche Nouveauté Promotion Solde Vente flash  € loading ending recherche
Chargement..